Une Nuit à travers la neige

D'après L'Homme qui rit de Victor Hugo
Du 3 au 26 octobre 2021, les dimanches, lundis et mardis à 21h
Théâtre des Déchargeurs, 3 rue des Déchargeurs, Paris 1er (Métro Châtelet)
A2_Une-nuit-a-travers-la-neige.jpg

Public : adolescents et adultes

 

Création et narration : Ariane Pawin Mise en scène et création lumière : Marien Tillet Création sonore : Alban Guillemot : Création costume : Aude Désigaux Regard chorégraphique : Célia Chauvière Régie : Simon Denis

Production : Compagnie la Fausta.

Co-production : Théâtre des Sources (Fontenay-aux-Roses), La Maison du Conte (Chevilly-Larue). Soutien : DRAC Ile de France – Ministère de la culture (Aide à la création 2019)

Chargée de diffusion : Nathalie Le Garff, diffusion.lafausta@gmail.com ; 06 08 61 38 41 

Attachée de presse : Catherine Guizard : lastrada.cguizard@gmail.com ; 06 60 43 21 13

Hiver 1690.

Un hiver si froid qu’on a pu allumer un grand feu sur la Tamise glacée et y faire cuire un bœuf.

 

Au crépuscule d’un soir de janvier, un enfant pieds nus est abandonné sur une crique entourée de landes désertes.

 

Il marche toute la nuit, traversant neige et tempête.

hugo bataille.png

Le spectacle emmène le spectateur dans une plongée sensorielle au milieu de cet univers glacial. Il crée une narration du ressenti, une immersion dans le regard et les perceptions de l'enfant :  le froid, la peur, l'épuisement.

La langue du récit oscille entre oralité et souffle épique, introduisant dans le concret de la parole le fourmillement et la force gigantesque des images d’Hugo. Elle crée comme une architecture sonore, sur le fil, en introduisant des éléments de sa richesse de langage, de vocabulaire, de contraste.

Il y a, dans le récit, un passage qui me touche tout particulièrement : lors de sa longue descente aux enfers, après des heures de marche dans un paysage dépouillé, enfin, l’enfant arrive dans une ville. Il frappe aux portes. La seule réponse qu’il aura sera la voix du clocher qui sonne les heures. Cela parle pour moi de notre confortable indifférence, de la peur de l’autre, de l’étrange, de l’étranger, et du désir, un peu naïf peut-être, de réintroduire de l'humain, et d'appeler à une solidarité.

Budget du spectacle : me contacter.

logo_drac.jpg
logo-mdc.png
logo TdS.png

Presse :

unnamed.png

Teaser du spectacle :

blog oeil d'olivier une-nuit_oeil_26092021.jpg
une-nuit_un-feuteuil_20102021.jpg