Démarche

Pour raconter il faut :

 

Rien

 

Simplement une personne qui raconte

Sa parole

Son corps et sa voix

C’est cette simplicité et ce dénuement qui me fascinent.

C’est cette parole immédiate qui construit à elle seule toute une architecture. Elle crée, déplie, convoque un monde d’une richesse infinie, qui peut traverser toutes les émotions, abriter toutes les inventions.

Ce qui m’a toujours estomaquée dans le théâtre, c’est cette communauté qui se réunit pour accepter de croire à ce qu’elle sait faux.

Dans le conte, la même chose se produit, à partir uniquement des mots et de cette chose magique qu’est la capacité de chacun à forger ses propres images, à rêver ce qui est effleuré par la parole.

Cela touche pour moi, à une nécessité profonde et première : celle de se projeter dans l’imaginaire.

 

C’est ce plongeon joyeux vers un ailleurs que je cherche en racontant :

La jubilation de distiller une image à l’oreille et de la voir dans l’œil du spectateur se frayer un chemin.

Ariane Pawin conteuse comédienne

Illustration réalisée par Camille Bordet-Sturla

"Le comédien est un phare à éclipses, apparition, puis disparition, et il n'existe guère pour le public que comme fantôme et lueur dans cette vie à feux tournants"

Victor Hugo, L'Homme qui rit